Claves Blog

Information

This article was written on 28 juin 2011, and is filled under News.

Current post is tagged

, , , , ,

Une nuit à Haarlem

Certains, à tort ou à raison, passent la nuit dans un poste de police de Harlem (USA) d’autres préfèrent Haarlem au Pays-Bas, toutefois plutôt dans une cathédrale qu’au violon. Mais que peut-on bien faire dans une église entre minuit et 7h du matin ? Les Vêpres sont depuis longtemps terminées et de toute façon il n’est pas question de ce genre de cérémonies dans un temple même si ce lieu , à l’origine catholique, fut consacré en 1559 par le Pape et l’Empereur !

La raison de cette présence insolite au milieu de la nuit, c’est l’enregistrement d’un récital d’orgue consacré au grand Bach par l’extraordinaire musicienne japonaise vivant en Suisse, Kei Koito. Pour éviter les bruits de la ville en journée et surtout permettre aux fidèles et aux touristes de se rendre dans les églises, les organistes n’ont souvent pas d’autres choix que de passer des nuits blanches.

Après quelques heures de sommeil dans un ravissant petit hôtel niché dans l’ancienne fabrique nationale des timbres-postes et des billets de banque, nous arrivons à deux heures du matin accueilli par le discret directeur artistique de cet enregistrement. Dans la pénombre, il nous révèle que nous sommes en train de marcher sur des gisants et espère que nous ne sommes pas trop effrayés par les fantômes. En s’approchant, on devine la masse imposante de l’orgue Christiaan Müller de 1738 : « monstrueux, le bignou » nous avait prévenu Jean-Claude Gaberel, l’ingénieur du son du projet et en effet l’instrument force le respect : tout simplement l’un des plus grands du monde.

Joué par Haendel, Mendelssohn et même le petit Wölfi (Mozart) à l’âge tendre de 10 ans, il comporte un nombre invraisemblable de tuyaux et de jeux ; sa caractéristique la moins sympathique et l’inégalité du poids des touches sur les trois claviers ce qui rend le travail de l’organiste très sportif, particulièrement sur le clavier du milieu qui exige de doubler la force pour faire entendre la note. L’enregistrement se poursuit avec une transcription pour orgue de Kei Koïto du sublime air pour alto de la Cantate 170 de J. S. Bach Vergnügte Ruh, beliebte Seelenlust (Bienheureuse paix, bien aimée béatitude) dont le titre tranche singulièrement avec les bruits extérieurs composés de fêtards et de buveurs bavards.

Mes ces éléments intempestifs ne peuvent couvrir le son d’un tel orgue, même dans ses nuances les plus douces. Bientôt le jour commence à se lever, les fêtards sont allés se coucher et ont été remplacés par d’immenses goélands extrêmement bruyants. Mais Kei Koito poursuit inexorablement son programme et enchaîne fugues et chorales jusqu’au petit matin.

Video Haarlem

Claves Webshop

 

Cet enregistrement sera publié chez Claves en juin 2012.

 

Patrick Peikert, Claves records ©

Claves Webshop

Laisser un commentaire

Current day month ye@r *