Claves Blog

Information

This article was written on 14 juin 2011, and is filled under Festivals.

Un dimanche à la campagne – Festival de Saint-Michel

 

Abbaye de Saint Michel

Pour parvenir à Saint-Michel, il faut partir de la Gare du Nord à Paris en direction de Laon (prononcez lent), ancienne capitale carolingienne, cité médiévale où il faut s’arrêter pour admirer la Montagne Couronnée, sa cathédrale du XIIIe siècle et ses cinq tours, son quartier moyenâgeux. Encore un peu plus au nord, à la frontière de la Belgique et des Ch’tis, nous sommes toujours en Picardie, dans le département de l’Aisne, et soudain, on découvre, après des kilomètres de ligne droite à travers forêts, champs et villages, une abbaye bénédictine surgie de nulle part. Entourée de forêts et de prés, l’Abbaye a été fondée au VIIe siècle sur le « Plan de Saint Gall », un célèbre dessin architectural médiéval qui a inspiré de nombreuses abbayes dans toute l’Europe.

 

Plan de Saint Gall

Nous sommes le dimanche 5 juin 2011, il est 9h00 ; dans le cloître, les bénévoles s’affairent dans une ambiance très bon enfant pour préparer l’accueil du public pour le concert d’ouverture du festival. Parmi eux, Gérard Chanut, le très sympathique et dynamique président est sur tous les fronts ; il court, il court, il fait visiter les premiers arrivants, les artistes, il trouve la multiprise que l’on cherche depuis une heure, il répond aux questions, contrôle le parking, s’assure que le bar est opérationnel, etc.etc. . Tout au long de la journée, il continuera son marathon de la régie à l’accueil du public et des officiels, toujours avec le sourire.

 

Dans l’église, on rencontre Jean-Michel Verneiges, le directeur et fondateur du festival qui nous accueille chaleureusement. L’ensemble Vox Luminis répète et on est immédiatement saisi par l’acoustique magique et claire de cette lumineuse église du XIIIe siècle. Jean-Michel Verneiges nous parle avec passion de ce lieu, de l’acoustique, de l’histoire du festival créé en 1997 avec le soutien de Radio France et aussi de l’orgue baroque de 1714 miraculeusement préservé des incendies qu’a subi l’Abbaye ; il nous raconte aussi que l’église est un lieu d’enregistrement recherché par les meilleurs ensembles pour la qualité de son acoustique, son orgue et le calme des alentours. Une artiste Claves, l’organiste, Kei Koïto, connaît d’ailleurs très bien ce lieu exceptionnel.

 

Vox Luminis

Après le chaleureux concert du jeune ensemble Vox Luminis conduit par Lionel Meunier (qui chante et dirige, chose belle et rare) autour d’un programme Bach, Tunder et Buxtehude, le public et les artistes se retrouvent tous à table pour un joyeux dîner.

A l’heure de la sieste, on se promène dans les champs, on paresse et on flâne en attendant le concert suivant. Mais d’abord, le maître des lieux propose une belle rencontre entre public et artistes, dans le cloître. Jean-Michel Verneiges anime avec beaucoup d’à propos cet échange dans la sérénité du cloître, en toute décontraction.

 

 

de gauche à droite, Ton Koopman, Jean-Michel Verneiges, Lionel Meunier, un membre de Vox Luminis

A 16h30, c’est le tour de Ton Koopman et de l’Amsterdam Baroque Orchestra & Choir, l’un des pionniers de l’interprétation baroque sur instruments anciens, de faire vibrer ce lieu si singulier avec un programme Bach et Buxtehude. Les deux concerts du jour ont été agrémentés de gais pépiements, un joli nid de moineaux s’étant installés bien au chaud dans l’oculus de la tour de chevet.

Puis tout finit par une belle réception où l’on retrouve Gérard Chanut qui nous propose des boissons presque locales, nous sommes en effet proche de Champagne, mais aussi de Chimay !

 

Alors vous qui aimez la musique baroque, courez jusqu’au 3 juillet 2011 à Saint-Michel pour écouter Hèsperion XXI et Jordi Savall, Les Arts Florissants ou le Concert Spirituel ! Egalement une belle occasion de découvrir un lieu et une région, rares et secrets.

 

 

Texte: Patrick Peikert

Photos: JM Degorge

 

2 commentaires

  1. >Jacques DURIEUX (bénévole des Amis du site Abbatial de Saint-Michel-en -Thiérache)
    juin 14, 2011

    Quel bel article pour la promotion du festival de Saint-Michel qui, je l’espère, sera lu par beaucoup d’internautes amoureux de musique baroque.
    Deux toutes petites choses pour la justesse de vos propos:
    -l’orgue de Boizard date de 1714
    et la bière est produite par les moines de l’abbaye de Scourmont à côté de Chimay (et non Chinay, sûrement une faute de frappe).
    Bien à vous.
    J D

    • Patrick Peikert
      juin 16, 2011

      Merci de votre message enthousiaste et de votre lecture attentive ! On corrige dare dare. PP

Laisser un commentaire